Logo et bannière Ouvrir Les Yeux

La taxe d’apprentissage


Le versement de la taxe d’apprentissage : un geste simple pour nous aider à soutenir la recherche contre les Neuropathies Optiques Héréditaires

La taxe d’apprentissage, c’est quoi ?

La taxe d’apprentissage est un impôt qui sert à financer la formation des apprentis auquel sont soumises la plupart des entreprises françaises du secteur privé. Tout employeur est libre de décider à qui il souhaite la reverser. Son versement doit être effectué avant le 1er mars de l’année qui suit le versement des rémunérations (le 1er mars 2020 pour les rémunérations versées en 2019).

Un geste simple pour soutenir la recherche contre les N.O.H.

Le versement peut être adresser à l’équipe du Professeur Pascal Reynier, médecin biologiste et professeur de biochimie et biologie moléculaire au CHU d’Angers qui, depuis des années, mène des recherches contre les Neuropathies Optiques Héréditaires.

Chacun d’entre vous est en contact avec plusieurs employeurs (le vôtre éventuellement, ceux des membres de votre famille, ceux de vos amis…). Vous saurez le convaincre de faire ce geste !

Si vous êtes employeur, ce geste généreux ne vous coûtera rien de plus !

De tout cœur, merci pour votre implication !

Comment faire ?

Pour vous accompagner dans la démarche, 2 documents sont à votre disposition :

  • Pour vous ou votre entourage : un document d’aide à la recherche d’entreprises pour le versement de la taxe :
  • A fournir à l’entreprise démarchée : le document de présentation de l’association et les informations relatives au versement de la taxe :

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez contacter Louis Bricout, responsable de la récolte de la taxe d’apprentissage qui s’investit pour aider au financement de la recherche. Vous pouvez le joindre via l’adresse suivante : taxedapprentissage@ouvrirlesyeux.org

Dans cette interview, Louis Bricout nous parle de la taxe d’apprentissage.

En quoi cette taxe est-elle un moyen d’aider la formation, et donc la recherche ? Réponse en images dans cette interview du Professeur Pascal Reynier :